Croix de Lorraine

Avant le Xème siècle, il n’existe pas de croix à double traverse. Celle-ci apparaît à cette époque dans l’Empire Byzantin grec, mais ne porte pas encore le nom de Croix de Lorraine.

Les Anjou étaient issus côté maternel des rois Arpad de Hongrie. Ils en portaient d’ailleurs les armes. René Ier, dont le petit-fils n’est autre que René II, était d’ailleurs roi théorique de Hongrie. Or, la Hongrie avait déjà la croix à double traverse comme emblème, sans doute importé de Byzance. Mais ce n’était pas la seule raison de l’intérêt des Anjou pour ce symbole. Un grand seigneur angevin, Jean II d’Alluyes avait en effet ramené du pillage de Byzance par les Croisés en 1204 un morceau de la vraie Croix, dont la forme était à double traverse. Une relique si extraordinaire que le frère du Roi de France Charles V, Louis Ier d’Anjou s’en empara en 1350, l’enjoliva, avant de la restituer à l’hospice religieux qui en fut le dépositaire. Ce Louis était le grand-père du Bon Roi René.

Croix de lorraine

La Bataille de Nancy fut néanmoins l’évènement décisif. En 1477, René II remporta une victoire retentissante sur les Bourguignons, dont l’emblème était la Croix de Saint André, une croix à simple traverse, à quatre branches égales. La Croix d’Anjou, de Hongrie et de Byzance l’a donc emporté sur l’autre, d’où son adoption par les Lorrains. Mais ce n’est pas si facile que cela en réalité. La Nancéide, chronique en vers qui relata la bataille quelques décennies plus tard présentait dans le manuscrit une enluminure où le cheval de René II est caparaçonné de la Croix de Jérusalem. Ce ne fut que dans l’édition imprimée postérieure que les gravures sur bois du même événement arborèrent toutes des croix à double traverse. Il y a donc eu une substitution. Les Anjou étaient en fait autant attachés à la Croix de Jérusalem qu’à celle qui nous intéresse. Godefroy de Bouillon, qui conduisit la première Croisade, prit Jérusalem et fut pratiquement le seul à ne pas participer au massacre qui s’ensuivit. Les Ducs de Lorraine étaient persuadés par des généalogistes complaisants de descendre de Godefroy alors qu’il n’en était rien. Il était Duc de Basse-Lorraine, alors que les descendants de Gérard d’Alsace régnaient sur la Haute-Lorraine.

La substitution reste à l’heure actuelle un mystère. L’adoption de la croix à double traverse vient peut-être du Duc Antoine, fils de René II. Celle-ci étant plus proche pour ces ducs d’origine angevine et hongroise, que la lointaine époque des Croisades achevée depuis deux siècles et demi. 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×