Livre d'or

La réalisation de ce site est une oeuvre entièrement bénévole.

Si vous l'avez aimé, ou si vous avez des commentaires et des suggestions en vue de l'améliorer, n'hésitez pas à les écrire sur ce Livre d'or. Il vous suffit pour cela de remplir le formulaire ci-dessous.

Merci d'avance de votre soutien,

Le Parti Lorrain.

Rodemack 8La cité médiévale de Rodemack au Pays des Trois Frontières, en Moselle (Crédits photo : Parti Lorrain)

18 message(s) dans le livre d'or

Geoffrey Le 19/09/2016

Bonjour, j'adore ma Lorraine, j'en suis fier. Jusqu'en 2015 nous étions une entité administrative, et cela me convenait plus ou moins. Mais la fusion avec les régions voisines a été comme un coup de poignard en plein cœur.

Dans mon cœur, je resterai lorrain !

Jean Baeumlin (site web) Le 09/09/2015

Bonjour le Parti Lorrain
on va leur montrer qu'une union réussie peut être plus féconde qu'un mariage raté !
Régionalement et amicalement
Jean

frank Sibert Le 06/12/2012

Beau projet, qui pour l'instant parait utopique. Mais qui sait ? l'apocalypse economique qui s'annonce en Europe les conflits identitaires religieux ou raciaux qui naitront de la recession et de la politique d'immigration délirante des francais, la multiplication des Florange pourraient changer la donne. Et puis vu le mepris des francais en general pour notre belle region, nous n'avons rien a perdre a laisser ces latins braillards derriere nous et a nous raprocher de nos freres de la Sarre.

Joan-Pere Le 28/08/2012

Félicitations pour votre site, très bien réalisé !

Frank Le 04/01/2011

Bien que je sois luxembourgeois je suis completement acquis a cette cause par contre pour faire connaitre ce parti ce serait dur

Michael Besançon Le 27/07/2010

Merci oui merci

de faire en sorte que des gens renoue ENFIN avec cette Lorraine qui n'attendait que ça, qu'on s'interesse à elle mais pas cette Région Lorraine entité administrative française mais bien cette unique Lorraine celle que Nos Ducs ont faite d'elle.

Je suis très loin d'Elle géographiquement mais dans mon coeur c'est la Lorraine de mon enfance, de la maraude aux mirablles, de ses villages rues typiques, et moi qui suis des Vosges, les brimbelles, les balades en forêts, les villages tranquilles nichés en fond de vallées cette région dont j'ai toujours fais des louanges partout ou je suis allé et qui a plu à tout le monde tant sur le plan culturel qu'historique, je me ferais un plaisir de contribuer du plus que je peux en apportant une aide linguiste au besoin!!! Merci encore,

Un Lorrain exilé en Asie POUR LE MOMENT!!![/b]

Parti Lorrain Le 15/07/2010

Bonjour,

Vous saurez, j'imagine, excuser le retard de la réponse.

Le PL n'arrive en effet pas avec un projet « tout fait » pour la Lorraine. Tout simplement parce que dans la situation actuelle et dans l'hypothèse d'une indépendance de la Lorraine, ce serait aux Lorrains de choisir leur système politique et non à un parti.

Les choses paraissent dès lors déjà sous un autre jour. Il faut comprendre la rédaction de notre « Constitution de Fédération de Lorraine » comme une proposition, un point de départ, soumis à évoluer. Ainsi, notre projet de Constitution n'est pas parfait et est sujet à changement : par exemple, l'élection au SU du Chancelier de Lorraine pourrait en effet être supprimée pour la remplacer par une élection par le Parlement, ou un système belge de nomination, en relation avec L'Exécutif officiel.

Au niveau économique, en revanche, avec une Lorraine ayant gagné en autonomie, tout change. Au lieu d'être tournée vers Paris, elle le serait vers l'Europe, dont nous sommes proches. Rappelons à ce titre que la Lorraine, contrairement à la France, est en excédent commercial, c'est-à-dire que son économie et son industrie lui permettent d'exporter plus que d'importer, et donc de créer de la richesse

Oui, nous pensons que le changement d'échelle est vertueux, c'est déjà un premier moyen pour avoir une démocratie efficace (la représentation y est forcément meilleure). Nous ne sommes plus à une époque où les Etats marchent seuls. L'Union Européenne est là, et avec un « grand » pays comme la France, les Lorrains sont perdus dans la masse des citoyens européens : nous ne profitons pas à un juste niveau de l'UE, parce que Paris ne cherche pas à valoriser "ses provinces".

C'est ainsi que nous voyons les choses...avec l'Europe. Pourquoi louper le train en marche ? Sauf erreur de notre part, vous ne faîtes aucunement mention dans votre long discours de l'Europe. Celle-ci peut être une chance, tout comme un problème. Comme elle se fait actuellement, elle semble oublier les peuples : alors quel poids pour la Lorraine ?

En ce qui concerne l'indivisibilité du Peuple Lorrain, elle ne prend pas le même sens que dans la Constitution de la Vème République. Notre vision de la Lorraine se base clairement sur des territoires différents mais tous Lorrains, d'où notre volonté de fédéralisme.

Pour la légitimité du peuple Lorrain, ce que vous dîtes est sans doute vrai, mais avec le temps l'idée de Nation Lorraine s'est bel et bien imposée. Cela ne relève pas que d'un territoire féodal, mais justement d'un territoire culturel. Vous pouvez vous en apercevoir en lisant les articles de notre page « Rapports et études » du site du PL. Cette page doit d’ailleurs encore être complétée Toujours est-il que notre démarche serait purement historique, si nous nous contentions de demander exclusivement l'autonomie du Duché de Lorraine.
Au sujet des autres points abordés :

- dans le cadre national républicain français, la défense des cultures régionales semble difficile, quand culture rime avec Paris et langue avec « français de Paris ». Quelques régions ont su mettre en valeur leur patrimoine. A nous de faire de même avec la Lorraine.

- la Lorraine seule est justement économiquement viable (voir analyse précédente), même si certains points mériteraient une réflexion approfondie. Malgré la crise, son industrie continue à créer de la richesse, c'est pour cela qu'il faut préserver ce secteur. La Lorraine est par ailleurs auto-suffisante en énergie, en eau et en ressources agricoles, ce qui n'interdit pas cela dit le commerce et l'échange. Par ailleurs, avant d'arriver en France, pétrole et gaz transitent par la Lorraine. Elle a de même l'énorme avantage d'être au coeur de l'Europe.

- en ce qui concerne la justice sociale, n'oublions pas que nous vivons dans un monde globalisé que les leviers d'action ne sont pas aussi évidents qu'ils n'y paraissent. Nous ne sommes en tout cas pas partisans d'une révolution prolétarienne.

C'est sûr que nos propositions et notre projet peuvent ne pas convenir à tous. Nous en sommes conscients et respectons la liberté d'opinions quand celle-ci se fait entre gentlemen. Le PL veut cela dit rassembler. Les membres peuvent avoir chacun leur sensibilité politique plus ou moins différentes mais notre principal sujet concerne les institutions, la Lorraine et les Lorrains. Nous ne pouvons bien entendu pas éclipser la question sociale qui prendra une forme à part entière au fur et à mesure de nos réflexions et de nos propositions.

Pour le gaélique en Irlande, il est désormais à la mode dans les écoles. On peut toujours regretter que ce ne soit que de la contre-acculturation, mais cela vaut mieux que la mort de la langue, comme cela semble se profiler pour le Lothringer Platt, malgré sa renaissance avec le fait luxembourgeois, et ce qui est déjà quasiment le cas pour le Lorrain roman.

Merci pour vos conseils d'ouvrages, nous ne manquerons pas de les lire. Je me permets de vous conseiller en matière historique "La Lorraine des Ducs" d'Henry Bogdan, et sur l'Europe "L'idée impériale" d'Otto de Habsbourg-Lorraine.

Bien cordialement,

Le Secrétaire Général du Parti Lorrain.

Romain Le 10/07/2010

Ok, je retire le message d'hier, un peu insultant je l'avoue...
Désolé.

Parti Lorrain Le 08/07/2010

Bonsoir Romain,

Merci pour votre intérêt et pour votre message.

Juste pour vous répondre brièvement avant d'étoffer notre argumentation et de pouvoir engager une réelle discussion entre personnes raisonnables que passer d'un système centralisé à un système fédéral constitue déjà un changement appréciable...

A bientôt.

Romain Le 30/06/2010

Bonjour,

Initiative intéressante que la formation de votre parti... Mais ses proposition ressemblent à s'y méprendre à ce qui existe déjà. Vous changez le nom des institutions, vous y ajoutez une touche folklorique, vous mettez tout ça au niveau régional, mais au final, ça revient plus ou moins au même...

La démocratie représentative avec un président élu au SU direct, une assemblée législative à deux chambres... Vous vous référez aux principes et valeurs auxquels se réfère aussi la République Française, vous proposez d'établir le même système économique et social que celui dans lequel nous vivons déjà...

Les structures que vous proposez sont déjà celles sous lesquelles nous vivons. De changement, point! Vous partez du principe que le changement d'échelle est forcément plus efficient pour régler les problèmes locaux. Ca peut être le cas pour les régions exceptionnellement riches, et encore. Et je demande à voir !

Le seul changement que vous proposez se situe dans le fait que vous changez tout cela d'échelle pour le faire au niveau de la région. Et que vous avancez quelques améliorations périphériques comme les langues régionales, le scrutin proportionnel, la défense du patrimoine, etc.

Franchement, sans vouloir vous blesser, je ne vois pas l'intérêt de soutenir un tel projet. Les problèmes seront les mêmes, seulement, on sera tous seuls pour les gérer, voilà tout. Ca gonfle l'orgueil et la fierté, peut-être, on se sent forts dans l'entre-soi, mais c'est tout!

Si votre but, c'est de faire exactement la même chose que ce qui se fait actuellement, mais à un niveau plus "proche", (avec moins de ressources) avec des gens ayant le même accent que vous et sous un drapeau "rouge et jaune" au lieu que ce soit sous un drapeau "bleu-blanc-rouge"...

Car elle est bien là, la seule innovation que je perçois dans votre projet: c'est le changement d'échelle et le côté identitaire (notez que je n'emploie pas ici ce terme au sens péjoratif qu'il peut revêtir).

C'est maigre, comme programme. En fait, c'est à la fois ambitieux (transférer ce qui se fait déjà au niveau national vers le niveau local est un sacré boulot, je l'admets) et extrêmement pauvre, car au final on ne fera pas autrement que ce que la république française faisait déjà.
Ce que j'en retire, c'est une forme de "on veut changer les symboles du pouvoir et dans les faits faire exactement la même chose qu'avant... mais entre nous! Et ce parce que...".

Tiens, oui, pourquoi, d'ailleurs ?
Pourquoi "entre nous" ?

Parce que le Peuple lorrain serait un Peuple indivisible, comme vous le dites ? Historiquement légitime car ayant historiquement existé en tant que peuple ? Mais l'Etat français dit la même chose du Peuple français ! Qui a raison ? Vous ? Eux ? Parce que vous vous situez à une échelle plus petite vous seriez plus à même de définir un peuple ?

Vous aimeriez bien, mais objectivement, le Peuple lorrain n'est pas non plus un Peuple uni, pas plus que ne ne l'est le Peuple Français, d'ailleurs, bien qu'il prétende aussi à l'unité. Dans ce cas, pourquoi ne pas parler de peuple mosellan, de peuple vosgien, etc. Pourquoi eux-mêmes ne feraient-ils pas sécession pour s'organiser ? C'est sans fin, votre affaire ! Ou alors les membres de l'ancien "barrois", tiens, pourquoi pas ? Ils sont tout aussi légitimes à se dire un "peuple" ayant droit à l'autodétermination au sein d'un état à eux, ils en ont autant le droit que ceux que vous appelez les "Lorrains" ! Seulement dans ce cas là... Vous faites comme la République Française ! Vous dites que le Peuple Lorrain est un et indivisible (au nom de quoi?) et hop vous refusez à certains le droit de faire ce que vous mêmes avez l'intention de faire.

Comprenez-moi bien, je ne fais pas de mauvais esprit, je pense que c'est un débat fondamental, qu'il faut avoir, car (selon moi) c'est l'erreur de tous les "régionalismes": se fonder sur des subdivisions administratives et territoriales issues de la féodalité, extrêmement floues et mouvantes à l'époque, ne faisant alors sens que pour les élites de l'époque qui les dirigeaient et en tiraient profit... (l'affection que les Lorrains ont pu avoir pour certains de leurs ducs ne signifie rien; ils acceptaient bon gré mal gré un système qui leur était imposé) Et à partir de là vous en déduisez qu'à ces structures féodales (duché, etc.) correspond un Peuple particulier. Je demande à voir ! Qu'il y ait plus de ressemblance entre deux personnes de la même région, je veux bien, mais de là à créer un Etat juste pour ça...

En fait j'ai du mal à percevoir la finalité de votre action.

- La protection de la culture "lorraine" ? ("des cultures lorraines" serait plus juste) De la langue ? Cela peut être fait dans le cadre national (dans n'importe quel cadre, en réalité), à condition que l'on milite pour (et on a plus de chance de gagner en militant pour la reconnaissance et la pratique des langues régionales au sein de la France, que de militer pour une indépendance qui à terme garantirait la sauvegarde de ces langues menacées...)

- L'efficience économique ? Je ne crois pas qu'on soit si riche qu'on puisse s'en sortir en faisant sécession. En se fondant sur les richesses de la région ? En réinvestissant dans les mines, dans le sel, dans la sidérurgie ? Eh là, on n'est plus au XIX° siècle ! Avec quels capitaux ? Les vôtres ?
Si le Luxembourg s'en sort, c'est parce qu'il a mis en oeuvre un système économique extrêmement dicsutable (paradis fiscal). De même pour tous les micro-états économiquement viables. Je ne crois pas que la Lorraine seule soit, elle, viable économiquement
C'est un pari risqué que le vôtre, que je ne suis pas prêt à courir.

- La justice sociale ? Vous ne semblez pas remettre en cause les structures qui sont à l'origine de l'injustice sociale.

En bref, j'en déduis (mais je peux me tromper) qu'on a tout à perdre et peu à gagner à suivre votre ligne politique. Les améliorations que votre constitution (c'est le seul document que j'ai lu) propose d'apporter peuvent être obtenues dans le cadre de la République française. A quoi bon l'indépendance ? Pour être entre-soi et parler des langues que plus personne ne parle. OK, mais rappelez-vous qu'il n'y a qu'un seul pays qui ait réussi à faire revivre "sa" langue en la reconstruisant après son accession à l'indépendance: c'est Israel avec l'hébreu moderne qui a éclipsé toute la culture yiddish, désormais quasiment disparue. L'Irlande n'a jamais réussi à réanimer le gaéllique, 1% de la population le parle, rappelez-vous en.

Je vous conseille de lire l'ouvrage d'Anne-Marie Thiesse La création des identités nationales et celui de Benedict Anderson L'imaginaire national, ils expliquent (plus ou moins clairement, avouons-le) comment, par qui et pourquoi sont construites des "identités nationales" à partir d'entités territoriales de circonstances que l'on sanctifie.

Je concluerais par cette phrase tirée d'un film de Ken Loach, que j'ai déjà utilisée plus haut, d'ailleurs, mais qu'il est opportun de citer à nouveau. Alors que des Irlandais discutent de l'opportunité de faire sécession sans changer réellement les pratiques politiques et économiques du futur Etat, un des personnages répond aux nationalistes que leur méthode ne mènera qu'à "repeindre la ville en vert" (couleur de l'Irlande) et à "changer l'accent et la couleur du drapeau de ceux qui sont au gouvernement".
Belle évolution en réalité ! Dont l'intérêt, objectivement, est à peu près nul.

Mais ce n'est que mon avis et je ne demande qu'à être convaincu par les arguments que vous allez, je n'en doute pas, me rétorquer.

Salutations.

Parti Lorrain Le 01/05/2010

Bonjour et merci pour votre message,

L'histoire ancienne est tout aussi importante que l'histoire plus récente, bien que celle-ci soit plus présentée sur ce site-web. Vous pouvez nous aider, si vous le souhaiter à ajouter des informations relatives à cette période sur ce site.

La défense du patrimoine germanique est également primordiale. Il ne faut pas oublier que longtemps la Lorraine a fait partie intégrante du St Empire Romain Germanique. Nous ne sommes ni ultra-francophiles ni ultra-germanophile, simplement nous revendiquons haut et fort notre appartenance à une culture d'entre d'eux, et c'est à ce titre que nous n'appartenons ni à l'un ni à l'autre, et ni la culture française ni la culture allemande ne sont supérieures à l'une ou à l'autre, les deux doivent être sur un pied d'égalité, mais n'oublions surtout pas que la Lorraine est une Nation, et cela peu de gens osent le dire.

Wir werden am einem Tag sowieso unsere Freiheit bekommen!

Seb Le 26/04/2010

Bonjour,

Je pense qu'il serai également intéressant de remonter l'histoire pour mieux connaître les racines de la Lorraine et de ses départements ainsi que des peuplades celtes qui sont à l'origine de notre histoire et de notre langue.

Je veux bien-sûr faire référence aux Médiomatriques , aux Trévires , Leuques et aux autres peuplades celtes qui participèrent à la bataille d'Alésia et vinrent en aide à Vercingétorix.

Cela peut paraître bête mais notre langue, le lothringen platt à une histoire aussi vieille que le breton par exemple (d'ailleur on y retrouve beaucoup de similitudes)et je pense qu'il faut continuer de pratiquer, d'enseigner cette langue et de la défendre tout comme le font les bretons.

Il faut vraiment mettre en avant notre patrimoine et notre histoire!

Jets getz los , freiheit fers unsere lothringen heimet!

Parti Lorrain Le 17/04/2010

Merci pour votre nouveau commentaire, et de l’attention que vous portez à notre mouvement.

A ma connaissance, en ce qui concerne l’aide de la France par rapport à des Etats protestants d’Allemagne, c’est tout le contraire qui s’est produit. En effet, la Lorraine, à travers son Duc Charles IV combattait la France, qui elle s’était alliée aux princes protestants allemands, dans le but notamment d’affaiblir le pouvoir impérial germanique catholique. A cette période, la Lorraine était du côté impérial, et catholique. Qu’il y ait eu par le passé des alliances entre la Lorraine et le Royaume de France n’est pas totalement faux, mais elles remontent davantage à l’époque de la fin du Moyen Age, début Renaissance, entre René II et Louis XI contre le Téméraire, cela dit on peut considérer que la Lorraine a été ici trahie.

Concernant la fête nationale, l’initiative ne vient pas de nous, mais de Jean-Marie Cuny (écrivain régionaliste) qui a relancé la fête nationale en 1977 pour les 500 ans de la bataille. Cette date correspond assez bien à la naissance de ce que l’on pourrait appeler un sentiment national lorrain, ainsi cette commémoration est assez bien placée. Le projet de constitution n’est pas quelque chose de totalement définitif. Il sert davantage de base pour notre réflexion, nos débats et notre mouvement. Pour l’hymne national, vous avez raison, cela ne représente pas une priorité absolue, cela dit cet hymne, peut aussi avoir un rôle à jouer. Le choix de cette musique a été le fruit d’une longue réflexion, nous avions également dans un premier temps pensé à la marche Lorraine, à laquelle nous souhaitions – et souhaitons toujours- modifier les paroles. Nous n’avons trouvé personne pour les écrire, et nous nous sommes donc décidés à choisir cette musique moins connue, mais qui au moins n’est pas connotée « française ».

Au sujet de la liste « Debout la Lorraine », bien que le nom nous plaise fortement, cette liste affiliée au mouvement Debout la République de N. Dupont-Aignan reste dans les clivages droite-gauche traditionnels. Certes, les membres du PL peuvent être de droite ou de gauche, mais notre mouvement souhaite unir et ne donne donc pas de consignes de vote partisanes. Nous avions appelé à voter « blanc », tout en sachant que ce vote n’est pas pris en compte, ce qui est très anti-démocratique. Les élections régionales se concentrent principalement sur deux sujets, le transport en région, et l’enseignement en lycée. Au niveau des transports, il nous semble nécessaire de continuer à améliorer la qualité du service dans le but de faciliter les déplacements à l’intérieur de la Lorraine mais sans oublier les zones rurales qui ont besoin d’être desservies. Les compétences du Conseil Régional au lycée ne nous permettent pas de promettre une révolution, cela dit, nous sommes favorables à un bon enseignement des langues étrangères, dont le rôle dans notre région est primordial, et nous voulons introduire la culture et l’histoire régionales, à travers des interventions dans les lycées par exemple. A cela s’ajoute une demande d’extension des pouvoirs de la région, car c’est au plus proche de la population que l’on peut résoudre ses problèmes, et non depuis Paris, coupé du reste de la France. Notre programme (encore en partie en cours d’élaboation) ne se limite pas à cela, mais un livre d’or n’est pas l’endroit pour l’expliquer intégralement. A la question « quand ? » notre réponse pourrait être : le plus tôt possible ou, cela dépend de vous. En effet, nous manquons encore d’effectifs, et il est nécessaire que de nouvelles personnes nous contactent et nous aident, quelque soit la nature de cette aide, et pas besoin d’adhérer pour aider ? Vos questions et commentaires nous sont déjà très utiles. Si vos « idées sont plus ou moins proches » des nôtres, alors n’hésitez pas à nous apporter votre contribution et à nous donnez votre avis.

Merci encore pour votre comentaire.

Le Lotharinophile Le 15/04/2010

Merci pour vos éclaircissements. Cependant je me permets d'insister sur le fait qu'à un moment (peut être plus tardif que je ne le prétendais), la Lorraine a fait appel à la France pour la défendre (contre les protestants allemands il me semble). Si ce n'est pas le cas, veuillez m'excuser car je ne suis que Lotharinophile, donc amateur éclairé et non pas grand inconditionnel spécialisé dans l'histoire Lorraine, à mon grand regret.

Mes idées sont plus ou moins proches des vôtres même si choisir un jour de fête nationale et décider d'une constitution me semble être prématuré. D'autre part je me permets encore de faire une critique sur l'hymne (peut être trop prématuré également mais plus "plaisant" que de rédiger une constitution, avouons le...). Vous l'admettrez, s'il est une oeuvre musicale connue ici, ailleurs et autre part encore, c'est bien la fameuse Marche Lorraine. Il serait peut être préférable de jeter votre dévolu sur celle ci plutôt que sur un air non moins appréciable mais certainement moins connu. Evidemment le risque serait de tomber dans le kitsch par le biais de cette ritournelle apprise aux jeunes enfants.

J'ai noté également qu'aux élections régionales il y avait une liste "Debout la Lorraine" soutenue par Jean-Luc André. Quel est votre avis là dessus ? Ne serait-il pas nécessaire de lui consacrer un article sur ce site et aussi de commenter son faible score ? Le Parti Lorrain, vis à vis de ces élections était placé à quel niveau ? Quel aurait été son programme et quand le défendra-t-il officiellement lors d'élections (municipales, régionales,...) ?

Parti Lorrain Le 28/03/2010

Bonjour,

Tout d'abord merci pour votre commentaire constructif.

En effet, la Lorraine a été depuis toujours un pays d'entre deux, une terre de brassage, que l'on remonte à la période pré-romaine, jusqu'à nos jours avec l'exploitation indusrielle par exemple. La population a néanmoins su garder une certaine forme d'unité, avec la culture Lorraine, avec des socles que chacun reconnait ici, que ce soit l'histoire ou notre culture quotidienne (gastronomie, traditions...), mais également à travers les fêtes religieuses (Avent, Noël...).

Ce qui nous distingue est justement présent dans ce qui fait cette culture. Mais la démarche du Parti Lorrain n'est pas tant de se différencier de la France, mais plutôt de faire prendre conscience de notre culture et de notre histoire aux Lorrains.

La Lorraine n'est pas seulement une terre influencée par la France, comme on peut l'entendre souvent, mais également et surtout par l'Allemagne, en tout cas jusqu'à la Guerre de Trente Ans, sans oublier le rôle et la place des autres pays limitrophes.

Votre dernière interrogation est plus concrète : l'avenir économique de la Lorraine, nous le voyons au service de la Lorraine et des Lorrains, tout en s'ouvrant au monde. Il est à ce titre intéressant de voir la manière dont s'en sort le Luxembourg, plus petit pays que la Lorraine. Pour nous, l'économie doit être au service du développement de l'Homme et non l'inverse.

Le PL entend enfin jouer un rôle fédérateur. Nous ne nous rentrons donc pas dans le clivage français gauche-droite, mais sommes attentifs et à l'écoute de toute proposition dans l'élaboration de notre "pacte économique pour la Lorraine", qui constituera notre programme économique.

Nous espérons avoir répondu à vos interrogations.

N'hésitez en tout cas pas à nous en poser davantage et à nous rejoindre.

christophe Le 24/03/2010

Tourné vers le passé ou l'avenir ?

La lorraine est toujours une terre d'accueil , de brassage , de mélange , les frontières sont changentes , nous pouvons débattre des dates, des languages et des hommes qui ont fait son histoire mais au présent ... dans la vie de tous les jours qu'est ce qui nous différentie et peu apporter ce sentiment identitaire Lorrain ?
Quel avenir économique dans ce monde libéral ?

Parti Lorrain Le 25/02/2010

Bonjour et merci pour votre commentaire,

En effet, Stanislas était Polonais, même si le concept de nationalité pour les souverains était assez vague à l'époque. Plus précisément, c'était un Roi de Pologne élu et déchu deux fois. Entre ses deux élections, il eût le bonheur de marier sa fille au Roi de France Louis XV, devenant ainsi son beau-père.

En Lorraine, ou plutôt en Autriche où se jouait réellement le sort de la Lorraine, l'empereur du Saint Empire souhaitait assurer sa descendance et donc faire reconnaitre la Pragmatique Sanction, qui permettait à sa fille d'accéder au pouvoir. Le Duc de Lorraine ainsi que Marie-Thérèse de Habsbourg souhaitaient se marier. De plus François III de Lorraine semblait être un bon parti et un bon futur empereur. Cependant, la France ne souhaitait pas que la Lorraine, qui était depuis l'annexion des Etats Alsaciens entourée presque totalement par la France, revienne si fortement dans le giron impérial. Il fallait donc pour François III renoncer à la Lorraine pour pouvoir se marier. Voilà où se terminait jusqu'il y a peu la version officielle. Les historiens savent depuis que le Duc de Lorraine s'est retrouvé « piégé » et que la décision avait été prise sans lui. Il fut donc contraint de signer l'acte de renonciation. Il hésita d'ailleurs tellement à le signer qu'il le repoussa deux fois. Les Lorrains se sont horrifiés de cet acte qui les faisait devenir d'une certaine manière « Français ».
Cependant, en plus du mécontentement populaire, il y avait la nécessité d'adapter l'administration Lorraine. Stanislas était justement un « Roi errant ». Les diplomates eurent donc l'idée de confier à ce Monarque de 60 ans le Duché de Lorraine et de Bar en viager, si bien qu'à sa mort, la Lorraine deviendrait officiellement française. A partir de 1737 jusqu'à la mort du Duc en 1766, ce fut néanmoins la France qui dirigea le Pays, par l'intermédiaire de Chaumont de la Galaizière, personnage très vite haï.

Si nous parlons du 23 février 1766, c'est parce que c'est une date symbolique, celle du rattachement officiel de la Lorraine à la France. Nous pourrions également parler de la date de la signature du traité de renonciation en 1737.

En revanche, la Lorraine n'a aucunement sollicité l'aide de la France durant la Guerre de Trente Ans, les deux pays étaient en guerre. La France a en effet tout fait pour que la Lorraine ne puisse plus se défendre, comme le montre la destruction de La Mothe, bastion de la résistance Lorraine face à l'agresseur français en 1645. A ce sujet, nous vous conseillons de vous renseigner sur La Mothe, qui montre clairement l'état d'esprit des Lorrains à propos des Français.

à bientôt.

Le Lotharinophile Le 22/02/2010

Bonsoir cher compagnon, j'aurais quelques remarques concernant votre vidéo de présentation.

Alors oui, je l'admet elle est très plaisante en ce qui concerne le fil conducteur. En nous, jeunes ignorants, nait le sentiment du devoir à remplir, le besoin de sauver la région Lorraine et pourquoi pas demander l'indépendance.

Pourtant je crains que dès le début votre raisonnement est bancal... qui meurt en 1766 ? Stanislas Leczinski, c'est bien sur de lui dont vous parlez. Or il n'est pas Lorrain lui... il est Polonais.

D'autre part, la Lorraine a sollicité l'aide du royaume de France dès la guerre de Trente Ans car elle ne pouvait assurer seule sa défense et sa pérennité (je vous laisse aller consulter les chiffres concernant la baisse démographique due à la guerre de Trente Ans, en Lorraine).

En espérant pouvoir contribuer à l'amélioration de la qualité de vos documents, je vous prie de vouloir bien recevoir mes sincères salutations.

Écrire un message sur le livre d'or

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×