Président

Le Président du Parti Lorrain candidat sur la deuxième circonscription de la Moselle

Au cours d’une conférence de presse organisée à Metz, le Parti Lorrain a dernièrement présenté son candidat sur la deuxième circonscription de la Moselle (Metz, Montigny-lès-Metz, Verny, Côtes de Moselle) aux prochaines élections législatives. Il s’agit ni plus ni moins que de son Président Thomas Riboulet. Celui-ci entend redévelopper notre territoire et moraliser la vie politique française. Il propose pour cela quatre leviers d’actions : la défense de la Lorraine comme entité administrative à part entière ; la défense de la démocratie et de la citoyenneté ; le soutien à l’économie locale, ainsi que la préservation de l’environnement avec notamment l’arrêt du projet d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure.

Photo TRcandidat legislatives 2

Thomas Riboulet est candidat sur la deuxième circonscription de la Moselle pour devenir député (Crédits photo : Parti Lorrain)

Proposer une loi pour enfin mener une vraie réforme territoriale

S’il est élu député pour représenter ses concitoyens à l’Assemblée Nationale, Thomas Riboulet s’engage à proposer une nouvelle loi pour remplacer la loi NOTRE et recréer une Région Lorraine. « Nous devons absolument retrouver nos administrations et des centres de décisions », souligne le Président candidat pour qui l’échelon communal a également tout son sens. L’idée est de conférer aux régions historiques les moyens d’agir et de se développer dans les domaines de l’aménagement du territoire, de l’économie, des transports, de l’emploi, de la culture, de l’éducation et de l’environnement. « Ce n’est pas la taille des régions qui compte mais les compétences qui leur sont attribuées », affirme-t-il, avant de poursuivre : « je veux défendre nos territoires et la démocratie car la Lorraine a été fusionnée de manière illégitime sans concertation ni consultation des élus et des habitants et en totale violation des traités européens. Les décisions doivent être prises au cœur des territoires et au plus proche des citoyens, pour garantir efficience, bon sens et transparence et ainsi redonner de la confiance ». Thomas Riboulet souhaite de même pérenniser le Droit Local mosellan qu’il considère autant comme un trésor de notre patrimoine qu’un gage d’avenir.

Moraliser la vie politique

A l’Assemblée Nationale, Thomas Riboulet agira pour moraliser la vie politique française. Il estime ainsi que la politique ne doit pas être un métier, afin de ne pas tomber dans le clientélisme. C’est la raison pour laquelle il proposera une loi pour instaurer comme condition d'éligibilité à toutes les élections « la démonstration d’un casier judiciaire vierge ». Il entend également renforcer le non-cumul des mandats (renouvelables une fois), faire reconnaître le vote blanc et généraliser les outils démocratiques participatifs comme par exemple les référendums.

Soutenir l’économie locale

Le candidat à la députation compte par ailleurs soutenir le tissu économique local, les entreprises, les artisans, les agriculteurs et les viticulteurs des Côtes de Moselle en réduisant leurs charges et en luttant contre les disparités territoriales et la désertification médicale. De la même manière, le Président du Parti Lorrain entend « maintenir les services publics de proximité et favoriser la mise en place des circuits courts entre producteurs et consommateurs ». L’idée est aussi d’améliorer le cadre de vie en soutenant le développement durable et en préservant l’environnement.

Arrêter tout projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure

Thomas Riboulet fait enfin du projet d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure un enjeu national. « Si je suis élu député, je proposerai immédiatement une loi pour stopper ce projet insensé et imposé qui condamne l’avenir de nos territoires et des futures générations sur des centaines de milliers d’années », affirme-t-il. « Personne ne souhaite en effet vivre et habiter au-dessus d’une poubelle radioactive. Là aussi, la démocratie a été bafouée puisqu’une pétition signée par plus de 60 000 personnes demandant un referendum sur la question a été jugé illégale par les autorités ».

Interview du Président : Pourquoi je suis candidat aux élections régionales

Dans une interview exclusive accordé au Groupe BLE BLE Lorraine, M. Thomas RIBOULET, Président du Parti Lorrain et tête de liste en Meurthe-et-Moselle, revient sur les raisons de son engagement sur la liste « Non à l’ACAL, oui à nos régions ! ». Avec la défense de la Lorraine et de la démocratie comme fil conducteur.

A lire ici.

TR Lorraine

Thomas RIBOULET, Tête de liste en Meurthe-et-Moselle pour la liste « Non à l’ACAL, oui à nos régions ! » (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

Elections régionales - Message du Président

Chers Lorrains,

Permettez-moi tout d’abord de vous présenter mes excuses pour ce message. J’aime, comme beaucoup d’entre vous le confort du train-train quotidien, le sentiment de sécurité et la tranquillité que procure ce qui est familier et répétitif. Je les apprécie, comme tout à chacun.

Mais en ce début novembre, à moins d’un mois de notre Saint-Nicolas et d’un scrutin régional qui s’avère primordial pour l’avenir de notre région, j’ai pensé que nous pourrions consacrer un court instant de notre vie quotidienne à nous asseoir et à bavarder un peu.

Il existe bien sûr des personnes qui ne veulent pas que nous parlions. Pourquoi ? Parce que même si l’on peut substituer la matraque à la conversation, les mots conserveront toujours leur pouvoir. Les mots sont le support de la compréhension et pour ceux qui les écouteront l’énonciation de la vérité. Et la vérité, c’est que quelque chose va très mal dans ce pays, n’est-ce pas ?

Non a l acal oui a la lorraine

Dérive autoritaire, non-respect des citoyens, manipulation de l’opinion. La nouvelle carte territoriale s’est faite dans un déni insupportable de démocratie et au mépris total d’un traité international (Charte européenne de l’autonomie locale signée et ratifiée par la France en 2007) et du Code général des collectivités territoriales (Article L.4122-1). Elle a été imposée sans concertation et sans consultation des élus de nos assemblées régionales et départementales et des habitants de notre région, qui sont pourtant les principaux intéressés. La fusion de la Lorraine avec l’Alsace et la Champagne-Ardenne n’a aucune cohérence géographique. Le gouvernement nous parle de taille critique à atteindre pour pouvoir exister dans le concert des régions européennes. Mais dans ce cas, pourquoi laisser la Corse toute seule, alors que la Lorraine fait les trois quarts de la superficie de la Belgique et est plus grande que certains Länders allemands comme la Sarre, la Rhénanie-Palatinat, Brême, Hambourg ou encore Berlin ? Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas d’une question de taille mais de compétences. 

Le Parti Lorrain se présente aux élections régionales des 6 et 13 décembre prochains sur la liste « Non à l’ACAL, oui à nos régions ! ». Nous pensons que la méga-région est une absurdité sans nom. Nous voulons organiser un référendum pour que les citoyens puissent enfin s’exprimer sur la question. Elus, nous pourrons influer aussi sur la politique hexagonale, puisque les conseillers régionaux ont aussi la qualité de Grands Electeurs.

Par ailleurs, vous savez désormais tout comme nous que la nouvelle carte territoriale n’engendrera aucune économie. Bien au contraire. Ceci a été démontré par les nombreuses études réalisées à ce sujet par des observateurs avisés. Des coûts de fonctionnement supplémentaires sont en effet à attendre dans cette méga-région presque deux fois plus grande que la Belgique et plus peuplée que la Norvège, et où le mot proximité n’aura plus aucun sens. Et ce sont bien entendu les citoyens qui devront payer l’addition. Le budget de cette entité monstrueuse ne dépassera pourtant pas celui de la ville suisse de Bâle. C’est dire ! 

Comment est-ce arrivé ? Qui est à blâmer ? Bien sûr, dans ce grand chambardement, il y a ceux qui sont plus responsables que les autres et qui devront en rendre compte. Mais, encore dans un souci de vérité, si vous cherchez un coupable, regardez simplement dans un miroir. Nous avons tous, à un moment donné ou à un autre, laisser les autres décider à notre place. Mais nous ne devons pas être résignés. Il n’est pas trop tard. Au contraire, il est temps, plus que jamais, de rappeler au gouvernement qu’impartialité, justice et liberté sont plus que des mots, ce sont des principes. 

Alors si vous n’avez rien vu, si vous n’avez rien entendu et si vous ignorez toujours la façon de faire de ce gouvernement, je vous suggère de ne pas voter pour nous. Mais si vous voyez ce que je vois, si vous ressentez ce que je ressens, si vous désirez ce que je désire, alors votez Non à l’ACAL, mais oui à nos régions ! Dans un mois, dans les bureaux de vote et les urnes, et ensemble, nous leurs offrirons une Saint-Nicolas gravée à jamais dans les mémoires !

Thomas RIBOULET,
Président du Parti Lorrain,

Tête de liste pour la Meurthe-et-Moselle
Liste Non à l’ACAL, oui à nos régions !

Interview du Président sur France Live

Tête de liste en Meurthe-et-Moselle sur la liste « Non à l’ACAL, oui à nos régions ! » aux élections régionales des 6 et 13 décembre prochains, le Président du Parti Lorrain, M. Thomas RIBOULET, a répondu aux questions de France Live, magazine numérique interactif.

Image france live

Retrouvez son interview exclusive en ligne : http://www.francelive.fr/strasbourg/alsace-champagne-ardenne-lorraine-thomas-riboulet-parti-lorrain-nous-procederons-a-la-dissolution-de-cette-nouvelle-region/#.VjS4e7cvfIV.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×